Écrivain - Philosophe - Intervenant social

Le pouvoir ou la vie

S'il y a une menace qui pèse sur l'humanité, elle ne vient en premier lieu ni du réchauffement bien réel de la planète ni de la mondialisation; elle vient de la manière dont nous exerçons le pouvoir. C'est ce que Jean Bédard démontre de façon convaincante dans cet ouvrage courageux qui sort des sentiers battus.

Le pouvoir ne peut plus être assumé comme il l'est depuis des milliers d'années, il ne peut plus être le règne de la force, il doit devenir le moyen d'un projet viable pour l'humanité. L'intérêt de ce livre est de révéler une lumière et de tracer un chemin pour le futur, une sortie heureuse à même la mécanique qui nous emprisonne. La transition sollicite un saut de conscience qui s'annonce déjà et nous éclaire sur des actes de liberté à réaliser dès maintenant, collectivement certes, mais individuellement avant tout.


Téléchargez le premier chapitre

Télécharges la version anglaise Power or Life (PDF, 187 pages, 960 Ko)
Cette traduction est une gracieuseté de Richard W. Clark

Écoutez Jean Bédard en entrevue à Radio-Canada


Ce qu'on en dit :

 

« Votre livre est passionnant… une œuvre importante. »
Jean Ziegler, Rapporteur spécial de la commission des droits de l’homme et auteur entre autres de Les Nouveaux maîtres du monde et ceux qui leur résistent, Fayard. 

 

«vous ne laissez de côté aucune des questions que pose notre existence tragique sur cette terre. Votre livre me sera très précieux.»
Pierre Hadot, professeur émérite à la Chaire d’histoire de la pensée hellénistique et romaine au Collège de France, auteurs de nombreux ouvrages de philosophie. 

 

« Vous décrivez magnifiquement une chose dont j'ai l'expérience intime, le sentiment d'une vérité primordiale présente dans la nature… Il y a cette autre chose, que je pressens aussi, celui de l'importance du petit nombre. Et l'espoir que la souffrance porte la vérité à propos du monde. Depuis deux jours, je n'en finis pas de revenir à votre livre. À partir d'un horizon, de références, de lectures, d'expériences qui ne sont pas les miens, vous exprimez des choses que je ressens sans pouvoir les exprimer. »
Bernard Émond, réalisateur entre autre de La Neuvaine.

 

« Un livre stimulant, étincelant, qui nous propose une foule d’intuitions à explorer. Une pensée en marche, qui tente de saisir l’insaisissable. Sa manière? Une approche phénoménologique qui emprunte les voies de la philosophie, de la science, de l’art, de la religion, qui situe la réflexion sur la situation mondiale actuelle à un niveau très élevé. »
Paul-Émile Roy, professeur de littérature et écrivain.

 

« C'est à chaud que je veux vous faire part de la joie profonde que m'a procurée la lecture de votre nouveau bouquin, que le hasard m'a permit de découvrir, comme une pierre précieuse, au milieu de la verroterie exposée en librairie. J'ai été stupéfait de me retrouver,  comme chez-moi, sur la route difficile de la sérénité qu'apporte l'ouverture de la conscience et la recherche des vérités éternelles, trop simples, trop proches, trop belles et trop profondes pour être aisément accessible à l'esprit tortueux des hommes. Vos analyses de la structure du pouvoir qui a dominé les hommes depuis l'origine de l'histoire en s'appuyant sur l'ignorance, la dépendance et la peur ainsi que la nécessité pour chacun, en son fort intérieur et dans ses actions individuelles, de recourir à l'éthique, dans ses comportements, à la mesure de ses désirs et à la coopération plutôt qu'à la compétition dans ses contacts avec la nature et la vie, m'ont ouvert de nouveaux horizons pour ma recherche et me sont un phare pour mon cheminement. »
Jean Lemieux, un lecteur de la première heure.

 

 « Beau et grand livre !  Qui arrive « en son temps »...  Espérons qu'il sera entendu.  Les gens de pouvoir ont en général des oreilles hypersensibles mais des coeurs inertes...  De toute manière, pour reprendre une image de Goethe, la sagesse est une flamme qui n'allume que quelques lampes.  Et aussi rares soient-elles, elles sont garantes d'une certaine harmonie du monde - malgré toutes les apparences du chaos. »
Jean-André Nisole, professeur à l’Université de Sherbrooke